top of page

MotoGP, le mercato 2023 et le championnat 2024


crédit photo reddit.com


Ces quinze prochains jours le championnat de vitesse MotoGP 2024 va prend forme et le mercato des pilotes devrait se clôturer autour du 15 juillet.


Avant d’aller plus loin, il faut relever la décision de Dorna Sport de ne pas ouvrir le plateau à une nouvelle écurie satellite la saison prochaine. Un petit coup de tonnerre qui me fait espérer que Suzuki réussisse un exercice comptable qui lui donne les moyens de se relancer dans le mondiale de vitesse en cours de route. Pour l'heure, le championnat débutera avec 22 motos, réparties ainsi, 8 Ducati, 4 Aprilia, 4 Honda, 4 KTM, 2 Yamaha.


Autre nouveauté, toujours sous la houlette de la Dorna, les patrons d’écuries ont appris, via les médias, le projet d'adaptation du régime des points de concessions. Malgré ce manque de tact, tous les patrons d'écuries admettent le principe d'une évolution des règles afin de garantir une équité selon les résultats sportifs, et les plus pointus souhaitent qu'il existe une différence entre un constructeur qui part de zéro (comme Aprilia et KTM) et un constructeur qui n’aurait pas eu de résultat en championnat comme Honda.


Yamaha a fait un podium en sprint race au Sachsenring et peut craindre de se voir accorder moins de points que son éternel rival Honda. Suivant comment les points seraient décomptés, la victoire d'Alex Rins n'entrerait pas en compte pour le HRC puisque les machines ne sont pas du même millésime. Pendant que les rouge- blanc-orange mèneraient leurs tests avec deux écuries, le constructeur d’Iwata ne courrait la saison 2024 qu’avec ses deux motos d'usine.

crédit photo Paddock-gp.com


Combien de teams ont déjà leur effectif pour 2024?

  • Pecco Bagnaia et Enea Bastianini chez Ducati Lenovo,

  • Jack Miller et Brad Binder chez Red Bull KTM Factory,

  • Aleix Espargarò et Maverick Vinales chez Aprilia Racing,

  • Marco Bezzechi et Luca Marini chez Mooney VR46 Racing Team.

  • Raul Fernandez et Miguel Oliveira chez CryptoDATA RNF MotoGP Team

Bestia est au bénéfice d'un contrat jusqu'en 2024 et c'est tant mieux tant sa blessure à l'épaule le contraint à faire une saison d'acclimatation. Raul Fernandez revient gentiment à la compétition après une opération du syndrome des loges.

Ces 10 pilotes ne sont pas sur le marché même si de vagues rumeurs pré-sentent Marco Bezzechi chez Pramac. Il semble que le transalpin se sente bien dans son écurie et qu'il est plus intéressant pour tout le monde de négocier une machine performante, voire une moto d'usine équivalente à celles du team... Pramac.

Les pilotes confirmés sur une machine en 2024 ;

  • Fabio Quartararo chez Monster Energy Yamaha MotoGP

  • Jorge Martin chez Prima Pramac Racing

  • Joan Mir chez Repsol Honda Team

  • Alex Rins chez LCR Honda CASTROL

  • Pol Espargarò chez Gasgas Factory Racing Tech3

Pendant la pause de juillet, El Diablo a profité de réduire sa fracture au gros orteil, le Martinator s'est fait retirer un kyste synovial au genou gauche, Joan Mir se remet de fractures aux côtes, la fracture tibia-fibula d'Alex Rins est enfin réduite et Pol Espargarò se remet de sa traumatique chute des essais de Portimao. Pour mémoire il s'est fracturés les vertèbres, les côtes et la mâchoire. Le courageux cadet Espargarò devrait reprendre le chemin des paddocks dès le 05 août à Silverstone.


Une mention spéciale pour Alex Rins, son contrat satellite lui permet de signer dans un team usine fait à juste titre pour lui permettre de coulisser de la structure LCR Honda avec le HRC. Ironie de l'histoire, il est en pourparler avec Yamaha qui semble chercher une solution afin de palier à l'absence de team satellite avec deux pilotes à même de faire progresser la M1.


Il y a ensuite les pilotes dont le contrat arrive à échéance mais qui sont pré-sentis dans leurs teams actuels pour la saison 2024 ;

  • Augusto Fernandez chez Gasgas Factory Racing Tech3

  • Alex Marquez chez Gresini Racing MotoGP

Augusto Fernandez a un contrat pour la seule saison en cours mais ses performances de rookie sont sa meilleure carte pour s'assurer de rester en catégorie reine pendant toute la saison 2024. Qui plus est, il n'est pas certain que Hervé Poncharal ait les coudées franches pour engagé un pilote qui ne serait pas validé par la maison-mère. Quant au plus jeune des Marquez, une saison supplémentaire chez Gresini lui permettrait de ne plus évoluer dans l'ombre de son prodige de frère et trouver enfin une place de choix sans être "le frère de". Ces deux guidons supplémentaires portent le total à 17. Sauf annonce surprise après le mois de juillet, cela permet de pronostiquer sur une valse à 5 pilotes de la catégorie et 3 jeunes loups en chasse.

8 pilotes pour 5 selles.

Pour commencer en fanfare, Franco Morbidelli actuellement chez Monster Energy Yamaha MotoGP. Si le romain de 28 ans tressaille parfois de performances, il ne parvient pas à hisser suffisamment son niveau pour être régulièrement dans le top 10. Montée en MotoGP en 2018, il a terminé la saison 2020 avec le titre de vice-champion du monde.


Suite à une blessure au genou qui semble encore le gêner dans sa préparation, l'italo-brésilien peine à mener sa machine à la victoire. Il pourrait rejoindre la VR46 si Marco Bezzechi signait chez Pramac ce qui est peu probable cette année. Il pourrait également connaitre une renaissance en championnat SBK, à la faveur du départ de Toprak Razgatioglu pour l'écurie d'usine BMW et des performances en deçà du potentiel de la machine au 4 cylindres en ligne du second pilote Pata Yamaha, Andrea Locatelli.

Crédit photo The Race.com


A l'opposé il y a Fabio di Giannantonio du team Gresini Racing MotoGP. Il est de loin le pilote le plus incertain en MotoGP. Facteur aggravant, Diggia ne supporte pas la comparaison avec le rookie 2023 (Augusto Fernandez) qui le surpasse de 12 points à la mi-saison. Il fait donc partie des pilotes sous la menace de se retrouver sans machine en 2024. Le numéro 49 s'est fait opérer du bras droit sans commenter les raisons de cette 'intervention mais depuis son accession en MotoGP ses résultats sont insatisfaisants pour un pilote qui court avec une des meilleure moto du plateau.


Takaaki Nakagami du team LCR Honda CASTROL est le seul pilote japonais en lice et la structure compétition Honda a coutume de faire courir un pilote nippon. Pilote émérite, il occupe la deuxième place dans la hiérarchie du constructeur d’Asaka, dans un team satellite traditionnellement bien moins loti.

crédit photo motogp.com


La défection des top pilotes du plus grand constructeur est la principale explication de son classement interne mais il est sans doute le dernier pilote à même de restituer fidèlement les informations humaines pour permettent aux ingénieurs de construire leur future machine de compétition. Je mets une pièce sur sa poursuite en 2024 dans son team actuel, voire avec le HRC si Marquez souhaitait se retire à la faveur de Joan Mir, champion du monde 2020 sur Suzuki ECSTAR.


Joan Zarco, patriarche de la catégorie, peine à trouver le chemin de sa première victoire en MotoGP. Avec la concurrence actuelle et deux ses podiums depuis le début de saison, il parait inconcevable que le cannois glane un titre de champion du monde dans cette catégorie. J'ai parfois la faiblesse de penser que sur une machine déjà confirmée comme celle du team Gresini Racing MotoGP, le français pourrait se concentrer non plus sur la mise au point de sa moto mais sur ses performances en course et finir régulièrement dans le top 5 et même de monter sur la plus haute marche du podium.

crédit photo gp-inside.com


Quid du draft des pilotes des catégories inférieures?

Trois pilotes Moto2 sont dans une spirale vertueuse et poussent pour ne pas attendre une saison de plus en catégorie intermédiaire. Pedro Acosta sur KTM affole les statistiques depuis son titre en Moto3. Tony Arbolino court depuis deux saisons chez Marc VdS. Pilote travailleur doublé d'un formidable bagarreur, c'est un grand compétiteur, il est talonné par Ai Ogura qui court chez Honda Team Asia. Le natif de Saitama a terminé la saison 2022 comme vice-champion, suite à une chute dans la dernière course à Valence. Ses résultats de mi saison sont peu éloquents à cause d'une blessure à la main. Il pourrait être le grand gagnant des selles musicales internes et accomplir ses premiers tours de roues en MotoGP.

crédit photo Motoservice.com


Si la galaxie KTM ne trouve pas de place pour Pedro Acosta en MotoGP, le pilote devra trouver une opportunité avec l’accord implicite de son employeur actuel (Red Bull KTM Factory) sous la forme de prêt ou sous la forme d'un contrat hors structure. Le jeune pilote pourrait patienter une année de plus en Moto2 afin que les contrats en cours en MotoGP arrivent à échéances mais il pourrait aussi faire un tour en SBK si son employeur se décidait de rejoindre la catégorie reine de ce championnat sous ses nouvelles couleurs (MV Augusta). Ses qualités de metteur au point seraient d’une grande aide pour lancer le programme, mais pour un pilote, l’apothéose est de courir en MotoGP! S’il devait accepter ce draft pour le moins non conventionnel, c’est uniquement avec la certitude de rejoindre le team officiel en 2026.


Crédit photos Motogp.com


Tony Arbolino semble être le mieux loti car si son team actuel a dû renoncer à rejoindre le MotoGP pour les raisons évoquées au début de ce billet, son manager est en bon terme avec l’équipe de Nadia Padovani (Gresini Racing MotoGP). Il se pourrait donc que sa venue en MotoGP ne soit pas aussi compliquée même si depuis quelques courses, s’il monte sur le podium, la première marche lui échappe au bénéfice de son concurrent direct Pedro Acosta. Cerise sur le gâteau, son manager veille à ce qu'il ne signe pas chez Honda car il souhaite le faire progresser dans les meilleures conditions (sic).

Et M. Marquez dans tout ça ?

Il se trouve que ses qualités de pilotes et de metteur au point ne suffisent plus à faire la différence en course. Son palmarès parle pour lui mais il semble que le goût n'y soit plus, d'autant que les chutes l'ont affaibli. Pilote exclusif, ses coéquipiers ne sont pas légion à vanter ses qualités. Lui-même avait accueilli Joan Mir de manière très sèche en assénant qu'il le considérerait d'abord comme un rival.


Les jours de courses, les impressions que laissent paraitre les ingénieurs de Honda cachent mal à quel point les objectifs sont divergents. Marc Marquez veut une machine pour gagner et le HRC cherche un second souffle avec le régime des concessions. Une stratégie qui pousse au départ l'octuple champion du monde et je ne peux imaginer une autre intention des dirigeants que de préserver la santé du génie de Cervera.


Ducati lui a fermé la porte, KTM ne souhaite pas commettre l’erreur de perdre ses pilotes et Yamaha est dans une situation budgétaire qui ne permet aucune spéculation en faveur d'un tel scénario. La seule certitude est que si aucun nouveau constructeur ne rejoint le championnat en 2025 les bleus réclameront le droit de courir avec une écurie satellite. Et lorsque l'on y sera, il faudra surveiller les mouvements des bleus d'Iwata car Paolo Ciabatti s’est fendu de cette conclusion : - On ne peut pas exclure que Fabio Quartararo ne court pas un jour sous les couleurs de Borgo Panigale. Rien n'augure que l'octuple champion du monde rejoigne un autre team usine l'année prochaine.


Une année sans compétition lui serait profitable et tout resterait ouvert s'il soigne ses relations avec son employeur. Le SBK est également un championnat qui connait ses légendes mais Honda n'y trouve pas d'avantage de solutions pour faire trembler la concurrence. A sa faveur, le programme des courses est moins chargé et les motos doivent impérativement dériver d'une série de production grand public. A l'instar d'un certain Alvaro Bautista, son talent lui permettrait de persévérer dans le formidable univers de la compétition moto afin de nous ravir encore de ses numéros d'équilibriste.

Il est peut-être temps pour Marc Marquez de revoir ses ambitions à la baisse. En admettant qu'il revoit ses prétentions selon le principe de l'offre et de la demande, il pourrait rejoindre le team de Noale (Aprilia), mais ill y a peu de chance de le voir sur une machine européenne la saison prochaine ni les suivantes d'ailleurs.


Vivement le mois d'aout cet la reprise de la compétition, nous devrions connaitre le line-up 2024 et connaitre enfin les pilotes qui feront briller le championnat et croitre le public.


Posts similaires

Voir tout

Comments


Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
bottom of page