top of page

Roadtrip G2M : De la Suisse à la Croatie, le récit d'une aventure

 

Avant de nous lancer sur les routes, nous nous sommes tous rencontrés au relais du Grand Saint-Bernard. La fine équipe constituée de 9 passionnés d’une même grande famille s’enthousiasme des débuts de cette palpitante ruée vers l’Adriatique. Flo, alias T-mide, chef de meute et organisateur du voyage au guidon de son Harley Davidson Electra Glide, David, doyen du groupe sur sa Suzuki GSX-S au top-case bricolé main, nos tourtereaux : Bertrand ( BMW R18) et Patricia dite « Pattes de velours » au guidon de sa nouvelle Triumph Tiger 900 GT, Tony, notre voyageur au cœur d’or le plus chevronné qui a fait le voyage avec sa fidèle Yamaha YZF 1300, repose en paix, tu nous manques... Damien, intrépide caméraman à la capuche à fourrure sur sa Yamaha Tracer 9 GT, Audrey, alias « Chewbacca », notre sportive poilue sur sa Ninja 600, Francis, ou plutôt, « François » sur son cruiser japonais, la Shadow et pour finir, votre humble serviteur, Miguel alias « Bob », sur une DesertX prêtée pour l’occasion.


De gauche à droite : David, Bertrand, Patricia, Florian, Tony, Damien, Francis, Audrey et Miguel.

Nos aventurier réunis et le cœur avide d’histoire, nous nous sommes finalement préparés pour ce qui allait être, le voyage de l’année !


Acte 1 : Le départ


Le rugissement de nos moteurs a marqué le début de notre aventure à deux roues, une symphonie de puissance et d'excitation qui a accompagné notre départ de la Suisse. Après avoir traversé le mythique tunnel du Grand Saint-Bernard, un passage sous la montagne qui a ajouté une touche de mystère à notre itinéraire, nous avons émergé dans l'air pur des Alpes.



Les montagnes suisses, coiffées de cimes enneigées, semblaient nous saluer, promettant des panoramas à couper le souffle tout au long de notre périple. Avec cette toile de fond majestueuse, nous avons tracé notre cap vers l'Italie, l'appel des pizzas et des virages irrésistibles nous guidant.

Notre premier arrêt en Italie a été marqué par une pause repas à Donnas, une charmante ville italienne où nous avons été accueillis par l'arôme alléchant de la cuisine locale. Les saveurs italiennes ont éveillé nos papilles, créant une harmonie culinaire avant même que nos motos ne reprennent la route (nous avions dégustés des Burger).



Lors de la reprise de notre trajet, l'inattendu s'est glissé dans notre journée lorsque nous avons été dépassés par une machine à laver roulante surprenante. Une rencontre aussi insolite qu'amusante qui a ajouté une note inoubliable à notre périple.



La nuit a enveloppé notre première journée alors que nous avons choisi Ascona comme lieu de repos. Nichée au bord du lac Majeur, cette ville suisse a ajouté une touche de charme à notre itinéraire.

Cependant, l'inévitable imprévu a ponctué notre séjour lorsque, dans les petites ruelles pittoresques d'Ascona, une chute inattendue est venue clore notre journée en beauté. Rien de grave, juste un moment de légèreté qui a ajouté une touche d'humour à notre épopée.



 

Acte 2 : Pizzas et virages, une danse de saveurs, de courbes et de surprises inattendues

 

Arrivés en Italie, le langage de nos mains est devenu aussi fluide que la délicieuse sauce sur nos pizzas. Les premières bouchées étaient une explosion de saveurs, rendant même nos béquilles jalouses de ne pas pouvoir participer à cette danse gustative. Sur les routes sinueuses italiennes, chaque virage était une invitation à danser, nos motos devenant les partenaires parfaits dans cette chorégraphie mécanique. La mélodie des klaxons italiens a ajouté une symphonie vivante à notre escapade.



Notre parcours nous a guidés à travers des villes emblématiques du Tessin telles que Locarno, Lugano, et Côme, chaque lieu ajoutant sa propre note à notre aventure. Les ruelles pavées, les vues panoramiques sur les lacs, et l'atmosphère du presque sud ont constitué le décor enchanteur de cette partie de notre voyage.

Et paf ! Une nouvelle surprise au rendez-vous sur la route. Alors que nous approchions de Villa de Adda, un lapin suicidaire a décidé de traverser la route de manière imprévisible. Par chance, notre réaction rapide et la chance du lapin ont évité un drame, ajoutant une anecdote à notre histoire.



La journée a trouvé son terme à Caselle, où nous avons posé nos casques dans un hôtel qui, malheureusement, n'était pas à la hauteur de nos attentes. Cependant, l'esprit de camaraderie entre nous a transformé cette petite déception en une occasion de rire et de partager des histoires autour d'un repas.



Ainsi, entre les virages italiens, les pauses dans des villes emblématiques, et les rencontres inattendues avec la faune locale, notre road trip à moto continuait de nous surprendre à chaque tournant de route.



 

Acte 3 : Escalade inattendue, douceur Slovène et défis Croates

 

En route vers la Slovénie, une impulsion a guidé nos bécanes vers une pause inattendue pour une expérience de Via Ferrata. Escalader des parois rocheuses avec nos équipements de moto était une aventure hors du commun, mais la vue depuis les hauteurs valait chaque instant d'effort. Les Slovènes nous ont accueillis avec une hospitalité chaleureuse, ajoutant une nouvelle dimension à notre aventure. Bien sûr, tout ceci n’a jamais eu lieu. Il s’agit d’une piètre tentative du narrateur de rendre l’histoire plus surprenante !



Revenons-en aux faits : traverser un bout pittoresque de la Slovénie pour rejoindre la Croatie a ajouté une variété de paysages à notre périple. Les routes serpentines nous ont menés à Opatija, une ville croate nichée sur les bords de l'Adriatique.



Enfin, le bleu profond de la mer Adriatique a marqué notre arrivée en Croatie. Les eaux cristallines nous ont appelés. Sur place, la recherche de l'entrée de l'hôtel s'est avérée être un défi, transformant notre arrivée en une quête amusante pour trouver notre havre de repos. Les ruelles étroites et les indications déroutantes ont suscité des éclats de rire, mais finalement, notre détermination a triomphé.



Cette journée pleine de rebondissements s'est conclue par notre premier verre en bords de mer à Opatija. Les vagues douces caressaient le rivage, le coucher de soleil jetant des teintes chaudes sur l'horizon. Nos verres se sont levés pour célébrer notre périple, les rires résonnant en harmonie avec le murmure apaisant de la mer. Une fois de plus, la magie de la route nous a offert des moments inoubliables, mêlant aventure et rires.

 

Acte 4 : De Opatija à Zadar : Recherche de saveurs, péripéties techniques et arrivée à destination

 

Repartant de notre havre côtier à Opatija, nous avons repris la route avec Karlobag comme nouvelle destination. La quête de restaurants a pimenté notre aventure, car après avoir cherché plusieurs options, nous avons enfin trouvé l'endroit parfait pour partager un repas copieux. Les saveurs croates ont dansé sur nos papilles, ajoutant une nouvelle dimension culinaire à notre voyage.



Toutefois, la journée réservait encore des surprises. Alors que nous faisions le plein de nos motos pour la prochaine étape, une mésaventure mécanique nous attendait. Une des motos, trahie par un sol irrégulier et une décompression de ses amortisseurs dont la précharge était réglée à fond, a chuté, brisant le rétroviseur dans le processus. Heureusement, l'esprit d'équipe a pris le dessus, et avec quelques rires apaisants, nous avons réparé ce qui pouvait l'être et poursuivi notre route vers de nouveaux horizons.


Notre destination finale pour cette journée riche en rebondissements était Zadar. La ville ancienne nous a accueillis avec son charme historique et ses ruelles pavées. Le coucher de soleil sur la mer Adriatique, accompagné du doux murmure des vagues, a marqué la fin de notre journée. Les rires résonnaient encore, mêlés à de la gratitude.



 

Acte 5 : De Zadar à Split : Entre réparations, photos et relaxation aquatique

 

Au départ de Zadar, notre caravane de motards a repris la route, prête à affronter de nouvelles aventures croates. C’est ici que la route nous a réservé quelques surprises techniques. Une pause imprévue dans une station-service s'est transformée en une session de mécanique rapide. Patricia, faisant preuve d'une calme détermination, a dû remplacer le câble de charge de sa moto. Les outils ont cliqueté, les mains ont travaillé, et en un rien de temps, nous étions de nouveau prêts à conquérir la route.


Ca en fait du monde, pour une damoiselle pas si en détresse que ça.

La ville historique de Trogir a marqué notre prochaine halte, offrant un dédale de ruelles pittoresques et de vues imprenables. La beauté de l'endroit nous a incités à une brève séparation. Certains d'entre nous, restés sur les hauteurs de la ville pour une session photo mémorable, capturant l'instant où nos motos se dressaient fièrement sur fond de vieille ville côtière.



Après cette pause créative, nous nous sommes retrouvés pour un repas bien mérité à Trogir. Les saveurs de l’Adriatique ont comblé nos papilles, renforçant le sentiment de camaraderie qui nous unissait tout au long de ce périple.



La journée s'est conclue à Split, où nous avons trouvé refuge dans un hôtel accueillant. L'épuisement de la route a été rapidement balayé par l'excitation à l'idée de se détendre. Flo et Bob ont été les pionniers intrépides à se jeter dans le jacuzzi de l'hôtel, célébrant ainsi la fin d'une journée bien remplie d'une manière rafraîchissante, car n’oublions pas : « on attend Flo pour l’apéro ! ». Les rires et les éclats de joie ont résonné dans la nuit croate, témoignant de l'esprit indomptable de notre groupe de motards déterminés à vivre chaque moment intensément.



 

Acte 6 : De Split à Zagreb : Entre prévoyance, détours naturels et défis hydrauliques

 

Le départ de Split a été marqué par une prévoyance bienvenue. Avant de prendre la route, nous avons fait un détour stratégique chez un garagiste Harley Davidson. La météo capricieuse annonçait une journée pluvieuse, et l'achat de matériel imperméable s'est avéré être une décision judicieuse qui allait bientôt se révéler essentielle.

Notre périple nous a guidés vers les majestueuses chutes de Plitvice. Certains d'entre nous ont saisi l'occasion de visiter ce parc naturel exceptionnel, tandis que d'autres ont préféré s'attarder sur le café exagérément cher du lieu touristique.



La nature a rapidement imposé son propre itinéraire. En route pour Zagreb, les cieux se sont ouverts, libérant une flotte torrentielle qui a transformé la route en un défi aquatique. La visibilité limitée et les conditions imprévisibles ont ajouté une dose d'adrénaline à notre voyage. Rouler pendant deux heures sous une pluie battante a testé notre résilience, la route devenant impraticable et notre vision se réduisant à une lueur floue à travers le rideau d'eau.



Lorsque nous sommes finalement arrivés à Zagreb, l'hôtel nous a accueillis, mais nous étions loin d'être les bien-venus (jeu de mot). Complètement trempés de la tête aux pieds, notre arrivée était un mélange de soulagement d'avoir survécu à la tempête et de rires partagés sur les défis que la route peut parfois nous réserver.


Cet épisode humide a ajouté une nouvelle dimension à notre aventure, nous rappelant que chaque virée à moto est une danse avec les éléments, parfois imprévisible, toujours mémorable. Malgré les litres d’eau contenues dans nos bottes.

 

Acte 7 : De Zagreb à la frontière Autrichienne : Entre pluie persistante et parenthèse réconfortante

 

Le départ de Zagreb s'est fait sous le rythme continu de la pluie, ajoutant un défi supplémentaire à notre parcours. Les gouttes persistantes ont rythmé le ronronnement de nos moteurs, et malgré nos équipements de pluie, la fraîcheur de la pluie battante s'est insinuée. Chaque virage de roue nous rapprochait un peu plus de notre destination, et l'esprit intrépide de notre groupe restait inchangé.


À mi-chemin de notre itinéraire, une pause improvisée s'est imposée. Un McDonald slovène, avec ses arches dorées familières, s'est révélé être une oasis réconfortante. Là, entourés par les arômes familiers du fast-food, nous avons trouvé un abri pour nous sécher, nous réchauffer et partager quelques moments de détente bien mérités.


Les routes croates valent le détour.


Fortifiés par le réconfort d'un repas chaud et d'un abri temporaire, nous avons repris la route en direction de la frontière autrichienne. La pluie persistante ne pouvait éteindre notre détermination, et chaque kilomètre parcouru nous rapprochait de nouvelles aventures qui attendaient de l'autre côté de la frontière. Ainsi, entre les averses et les parenthèses réconfortantes, notre périple à moto continuait d'être une expérience riche en contrastes et en souvenirs inoubliables.


Notre avant-dernier jour de voyage a révélé une surprise inattendue en Autriche, un col enneigé qui a ajouté un dernier défi à notre aventure. La neige scintillait sous le soleil autrichien, créant une ambiance magique pour notre conclusion épique. Les pneus ont crissé sur la neige, nos motos bravant vaillamment le froid. Ce dernier défi a marqué la presque conclusion de notre périple. Mais notre histoire ne cesse de rebondir car dans cette folle virée enneigée, nous avons perdu la trace de notre regretté Tony !


Du sable à la neige, il n'y parfois que quelques kilomètres!

Heureusement, pilote et voyageur chevronné, il nous a rapidement rejoint pour qu’en fin de journée, nous puissions lever nos verres dans un café autrichien pittoresque. C'était le moment de célébrer les kilomètres parcourus, les amitiés forgées, et les souvenirs gravés dans nos esprits. Nos passerons notre avant dernière nuit dans un chalet hôtel à Lienz.

 

Acte 8 : De Lienz à Domaso : Des tracas mécaniques et une réunion frigorifique à Bressanone

 

L'avant-dernier jour de notre épopée à moto a débuté avec l'excitation habituelle alors que nous quittions Lienz en direction de Domaso, notre destination finale. Le soleil couchant derrière les Dolomites a marqué le début de notre route du retour, les cœurs remplis de gratitude pour cette aventure inoubliable à deux roues qui restera à jamais gravée dans nos mémoires.


La route nous a toutefois réservé une surprise inattendue lorsque la moto de Flo a décidé de faire des siennes. Les péripéties mécaniques ont exigé une assistance à distance, ralentissant temporairement notre progression.

Face à cette situation, une décision pragmatique s'est imposée. Pour garantir la sécurité et le plaisir de chacun, nous avons pris la résolution de scinder le groupe en deux temporaires, avec la promesse de nous retrouver plus tard. Nous avons fixé Bressanone comme point de ralliement, une ville où la température, déjà en baisse, nous a rappelé que nous approchions des sommets alpins.


Bah alors, on attend pas Patrick? Pas le choix on dirait!

À Bressanone, nous nous sommes réunis dans le froid mordant, et chacun a ressenti le besoin de se couvrir davantage pour affronter les températures en chute libre. Un arrêt rapide pour enfiler des couches supplémentaires de vêtements chauds a été nécessaire pour faire face aux conditions climatiques rigoureuses qui nous attendaient sur la route vers Domaso.


La fraîcheur de l'air alpin n'a pas entamé notre détermination. Regroupés et prêts à affronter les éléments, nous avons repris la route, nos montures rugissant en harmonie avec le crépitement du froid. À travers des paysages alpins époustouflants, nous avons tracé notre chemin vers Domaso, notre dernière étape. Ce dernier tronçon, marqué par les aléas mécaniques et les variations de température, a renforcé notre cohésion et ajouté une dernière dose d'aventure à notre périple inoubliable à travers l'Europe à moto.


Vous sentez le froid à travers cette image? Je comprends.

 

Acte final : Des Aurores photographiques, des retrouvailles scéniques et un adieu caféiné

 

Le dernier jour de notre aventure à deux roues a débuté aux aurores, avec l'envie irrépressible de capturer les premières lueurs du jour sur les rives paisibles de Domaso. Armés de nos appareils photo, nous nous sommes aventurés dans un parc bordant le lac pour immortaliser ces derniers moments magiques.


Après avoir savouré un petit déjeuner copieux qui a énergisé nos corps pour la journée à venir, nous avons quitté Domaso.


It is beau, isn't it?

La route du retour s'est révélée être un défi avec un trafic soutenu, mais la vue magnifique le long du lac de Côme a opéré comme un baume, nous réconciliant avec l'instant présent. Les reflets scintillants sur l'eau et les montagnes en arrière-plan ont offert une toile de fond pittoresque à notre voyage de retour.


Arrivés au col du Simplon, bien qu'habituellement une route emblématique, s’avérait être en travaux, nous forçant à une attente prolongée et séparant une fois de plus notre groupe. Malgré ce contretemps, nos motos ont rugi à nouveau ensemble.



Les retrouvailles ont finalement eu lieu au Relais du Chablais, où nous nous sommes rassemblés pour un ultime café d'au revoir. Les tasses fumantes ont symbolisé la fin de cette épopée à deux roues. En proie à la fatigue, certaines humeurs se sont laissées déborder. Mais les rires partagés et les souvenirs forgés sur la route resteront gravés dans nos cœurs. C'était là, entourés de camarades de route devenus amis, que notre incroyable aventure européenne à moto a trouvé son épilogue.

 

Un Roadtrip épique

 

Ce road trip à moto a été bien plus qu'un simple voyage. Chaque jour a ajouté une nouvelle page à notre roman d'aventures, entre les cols suisses, les virages italiens, le chassé slovène, la mer croate et les châteaux autrichiens. Les moteurs ont rugi, les pneus ont crissé, et nos rires ont accompagné chaque kilomètre de cette épopée européenne. Le poussin du groupe, Patricia, a su faire preuve d’assiduité et s’est royalement bien débrouillée tout au long du périple. Bravant avec nous la neige, le froid, la pluie, le vent et les rues étroites et hostiles du Tessin. Tout ceci conclu une aventure mémorable à travers des paysages variés, des cultures riches, et des rencontres inoubliables. Que la route continue à nous appeler vers de nouvelles escapades !


Tony, à jamais dans nos coeurs.

Posts similaires

Voir tout

Komentarze


Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
bottom of page