Please reload

Posts Récents

Fond2Six : Une émission de radio 100% genevoise et 100% Moto

February 1, 2020

1/1
Please reload

Posts à l'affiche

Les signes motards… Ou comment communiquer !

January 8, 2020

Durant cette saison hivernale, la prise en pratique de la moto n’est pas toujours évidente ou particulièrement attractive… En attendant le retour des beaux jours, je vous propose donc de revoir… Votre théorie ! Eh oui, pas toujours évident de communiquer entre nous de nos selles respectives ! Qu’on ne fasse que croiser une autre moto ou qu’on roule en groupe, c’est toujours pratique de pouvoir se faire comprendre lorsqu’on a un message à passer, de préférence sans devoir hurler au vent visière ouverte en espérant se faire entendre… Voilà donc un petit rappel des signes à connaître et à reconnaître, en images !

 

 

Pour commencer, quand on se croise, on se dit bonjour ! Pour ça, différentes possibilités. Quand on arrive de face, on évite de le crier à pleins poumons et on utilise plutôt le signe du salut motard (photo de gauche). Pour celles et ceux qui ne se sentent pas de lâcher une main, il est aussi possible de faire un simple signe de tête.

 

 

 

Ensuite, si vous dépasser une moto trop lente pour vous, vous pouvez aussi faire le salut motard, ou alors sortir le pied sur le côté (photo de droite). Ce même geste est aussi à utiliser si l’on veut dire « Merci ! » à la bonne âme qui nous laisse passer, qu’elle soit à moto, en voiture, ou même en scooter (eh oui !).

 

 

Finalement, cette jambe qui se tend est aussi utilisée pour avertir le ou les potes derrière vous qu’il y a un danger sur la route, tels que graviers, pierres ou feuilles mortes par exemple. Une jambe sortie  indique de quel côté de  la route est le danger,  et s'il est sur toute la largeur, il suffit de… sortir les deux jambes (photo de gauche) !

 

 

 

 

Autre option si le danger ne se situe que d’un seul côté, l’indiquer en le pointant du doigt (photo de droite) !

 

Evidemment, s’il y a danger, on peut aussi en avertir les motards d’en face par des appels de phare.

 

 

 

Quand on roule en groupe, le mieux en général d’éviter la formation « en tas » et de rouler en quinconce. Pour ceux qui ne savent pas ce que ça veut dire, voilà un petit schéma de ce à quoi ça devrait ressembler :

En gros, ça permet de ne pas devoir garder la même distance de sécurité qu’en voiture entre​​ chaque moto grâce au décalage de chaque côté de la voie.

 

 

Mais attention ! Qui dit de côté, dit potentiellement dans l’angle mort ! Pour éviter ça, la technique est simple. Il suffit de regarder dans le rétroviseur de la moto de devant, et si notre propre casque y est visible, le conducteur peut lui aussi nous voir, ce qui est quand même plus pratique…

 

 

 

Ensuite, quand on roule en groupe, il y en a toujours un qui oublie d’éteindre son clignotant ou même d’allumer ses phares… Quand c’est le cas, il suffit de faire un petit rappel en se mettant dans son champ de vision et en ouvrant/fermant la main, doigts tendus (photo de gauche).

 

 

Parlant de clignotants, nous savons évidemment tou.te.s qu’il faut indiquer nos changements de direction, soit par clignotements oranges, soit par un signe de main ou de pied du côté approprié !

 

 

 

Ensuite, les roulages en groupe… Une moto ouvre la route, une autre ferme le groupe et les autres restent entre deux, en quinconce bien sûr. Lorsqu’il y a une destination prévue, il arrive que la personne qui ouvre s’engage dans une direction erronée. Quand elle réalise son erreur, elle peut alors faire signe à tout le groupe qu’il faut faire demi-tour en levant l’index gauche et en faisant des mouvements de rotation (photo de droite).

 

 

Elle peut également décider de faire une pause, que ce soit en fonction de temps passé ou des kilomètres parcourus depuis la dernière pause, en fonction des besoins de sa moto en essence, de la fatigue ou bien même de son envie de boire ou de manger. Avant de s’arrêter, elle peut donc prévenir les suivants de la pause en levant le bras gauche, poing fermé (photo de gauche). Ce signe est aussi valable pour prévenir d’un simple arrêt au bord de la route, par exemple lorsqu’on cherche son chemin.

 

 

Bien sûr, l’ouvreur.se ne voit que sa jauge et ne sens que sa fatigue, sa soif ou sa faim… De même seul l’état de sa propre vessie lui est disponible. Il est donc intéressant pour les autres de savoir exprimer leurs propres besoins de pause.

 

Dans tous les cas, il vous faut remonter le groupe jusqu’à vous trouver dans le champ de vision de la personne à l’avant du groupe. Si c’est votre moto commence à avoir soif, il faut indiquer le réservoir avec le pouce, le reste du point fermé (photo de droite).

 

 

Si vous avez faim ou soif ou faim, vous pouvez faire un signe de main en direction de votre bouche avec le pouce, reste du poing fermé à nouveau (photo de gauche).

 

Si c’est par contre la fatigue qui vous prend, il suffit de mimer un oreiller sous votre tête avec votre main, et l’ouvreur devrait comprendre le message (photo de droite).

 

Un autre moyen de provoquer une pause quelle qu’en soit la raison, c’est tout simplement de passer devant le groupe, de lever le poing pour signaler la pause et de s’arrêter à la prochaine opportunité !

 

 

Il est aussi possible de faire signe de ralentir soit aux motos de derrière, soit à celles qui viennent en face. Pour ce faire, on tend le bras gauche vers l’extérieur, paume vers de sol, et on fait des mouvements de bas en haut (photo de gauche). Ce même signe avec la paume vers l’avant et des mouvements de l’arrière vers l’avant signifie à la personne de derrière qu’elle peut nous dépasser et/ou prendre la tête du groupe.

 

 

 Finalement, un pouce vers le haut avec le reste de la main fermée (photo en bas à droite) signifie, comme souvent, « Tout va bien ! » ou « OK » et permet de répondre à un autre signe pour montrer qu’on a compris et qu’on est d’accord. Sinon, en​​ levant le bras bien haut, il peut s’utiliser à la suite d’un dépassement pour signifier aux potes de derrière que la voie est libre (attention par contre à être bien sûr de soi avant !) !​​

​​

Et voilà, je crois que le tour est fait ! J'espère que cet article vous sera utile et pour ceux et celles qui ont de la peine… Il y a toujours les intercoms !

 

Un grand merci à notre vice-président Thibault de s'être prêté aux assauts de mon appareil photo !

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Retrouvez-nous